Woltar Contrats

Fourre tout d'Asherya et ses copines.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Fléau- Clyde

Aller en bas 
AuteurMessage
Onyric



Messages : 3
Date d'inscription : 30/05/2018

MessageSujet: Fléau- Clyde   Mar 5 Juin - 21:12

-Et là, j'te défonce son p'tit cul d'salope contre le mur, juste là... Expliquait Mike en ponctuant son discours de gestes très explicites, tandis que Fléau se tordait sur le canapé, hoquetant et suffocant sous les assauts de son fou rire.
La soirée ne faisait que commencer, mais les deux mâles étaient déjà bien saouls et les bouteilles d'alcool vides s'empilaient déjà petit à petit sur la moquette jaunâtre du salon. Sur l'écran de la vieille télévision que Fléau avait acheté pour une misère dans la brocante de leur quartier dansait une jolie woltarienne au pelage rouge vif, tenant à la main une bouteille d'une boisson énergisante qu'elle présentait comme un remède magique pour booster ses capacités sportives. À voir la manière à laquelle Mike gesticulait, ce n'était pas la boisson qui lui permettrait de booster ses capacités physiques... Quant à Fléau, il se contentait de boire et de s'étouffer de rire à chaque obscénité que son ami lançait, et Pala sait à quel point Mike était doué pour déblatérer des cochonneries à une vitesse record.
Les deux mâles étaient donc très occupés lorsque la porte d'entrée s'ouvrit sur Clyde, lui permettant ainsi de se faufiler jusque sa chambre sans être remar-

clang... BAOUM !!!

Dans un même mouvement, les deux woltariens sautèrent sur leurs pieds et, toujours attachés à leurs vieilles habitudes du quartier Est, attrapèrent la première chose qui pourrait leur servir d'arme. Fléau avait brisé une bouteille de bière vide contre le rebord de la table basse, et Mike... Mike avait sorti son revolver.

-Salut p'pa, j'suis rentré...

Pris d'un vertige en voyant son fils, Fléau se rattrapa de justesse contre le mur du couloir, son goulot de bouteille brisé toujours à la main. Il ne supportait pas de devoir confronter son garçon à son comportement d'ancien banlieusard, et être ainsi surpris le rendait furieux contre lui-même. Un peu confus, il lança un regard à Mike et poussa immédiatement un long grognement animal en le voyant revolver à la main.

-Dégage ça d'mon fils... Enculé... Dégage ça ! Lui hurla-t'il tout en le menaçant avec son arme improvisée, effrayant malgré son manque d'équilibre qui lui retirait une grande part de sa crédibilité. Mike rangea son flingue dans son jogging délavé tâché de peinture blanche, résultat de sa journée passée à travailler au black sur un chantier du Sud, et Fléau laissa tomber son arme en la laissant traîner au milieu de couloir sans se soucier du désordre, afin d'attraper son fils par le bras pour le tirer sans prévenir dans le salon. Il le fit ensuite asseoir à ses côtés sur le canapé tandis que Mike rejoignait sa place sur le vieux fauteuil en cuir.

-Aujourd'hui, c'est une journée HIS-TO-RI-ENNE ! Beugla le woltarien en passant l'un de ses bras solide sur les épaules de son garçon, le torse bombé et les oreilles fièrement dressées sur le haut de son crâne.

-MON fils, MON garçon ici présent, Poursuivit-il en administrant à présent de grandes tapes dans le dos de l'adolescent, a accomplit un exploit !

-Il a baisé la dirlo d'son lycée ? Interrogea Mike, avachi dans le fauteuil, un large sourire vicelard aux lèvres.

-Mieux. Répondit non sans fierté le woltarien clair, que l'alcool rendait beaucoup plus aimable, que ce soit avec Mike ou avec Clyde. Il était rare de le voir sourire ainsi, et lui qui avait tant de difficultés avec les contacts physiques serrait à présent son fils contre son épaule, comme si cela était parfaitement naturel pour lui.

-La dirlo et sa fille ?

Fléau secoua la tête. Visiblement, l'obscénité des propositions de son ami ne semblait même pas le surprendre.

-Les deux en même temps ?! Riait Mike,
bien conscient que ses propositions étaient certainement très éloignées de la réalité.

-Non, gros tas d'merde ! Il a eu son bac, mention parfait, avant tout l'monde !

Mike ouvrit de grands yeux, étonné. En voyant sa réaction, Fléau donna une nouvelle grande tape dans le dos de son fils, un large sourire aux lèvres.

-Tel père, tel fils ! Déclara-t'il, fier comme un paon et on-ne-peut plus sérieux. Il va sans dire qu'il ne s'attendait pas du tout à ce que Mike éclate de rire.

-T'as même pas l'brevet, tu sais à peine lire et tu vas m'dire qu'y tient d'toi ?!

Le corps de Fléau se mit à trembler, signe qu'une de ses fameuses crise de colère ne tarderait pas à se manifester. Son sourire avait fait place en une fraction de seconde à une grimace furieuse alors qu'il montrait les crocs dans un grognement sourd, les moustaches hérissées. Mike, qui connaissait bien le woltarien, effaça immédiatement son sourire et leva sa bouteille de bière.

-À Clyde, et son bac. Félicitations bonhomme. S'empressa-t'il d'ajouter afin de désamorcer la bombe qu'était Fléau. Celui-ci se calma très vite, ravi que son fils soit félicité pour ses réussites. Il attrapa une bouteille de bière sur la table basse et la tendit à son fils, sans sourire cette fois-ci.

-Bois une bière avec nous, fils. Tu l'mérites. Lui souffla-t'il très sérieusement, arborant de nouveau sa fameuse expression figée. Malgré son alcoolisme, Fléau n'avait jamais voulu que son garçon ne touche à une seule goutte d'alcool. Très protecteur, il avait toujours caché ses bouteilles avec le plus grand soin, afin de s'assurer que Clyde ne tomberait jamais dessus par hasard. Sa proposition était donc réellement exceptionnelle, Fléau voulait certainement faire plaisir à son fils pour sa réussite...
Revenir en haut Aller en bas
Onyric



Messages : 3
Date d'inscription : 30/05/2018

MessageSujet: Re: Fléau- Clyde   Mar 5 Juin - 21:13

En voyant Clyde descendre la moitié de sa bouteille de bière en quelques gorgées, Mike éclata d'un rire gras et s'exclama, hilare :

-Merde, en fait t'avais raison Fléau ! Tel père, tel fils !

Sa remarque, qui en temps normal lui aurait valu de se recevoir une bouteille vide en plein visage, passa en cet instant complètement incaperçue. Fléau, les yeux plongés dans ceux de son fils, ne l'avait même pas entendue. Les paroles de son fils l'avaient touché ; une lueur d'émotion scintillant au fond de ses yeux glacés. Il passa une main dans l'épaisse mèche de son fils, qu'il avait hérité de lui, et lui susurra, comme s'il pensait à voix haute :

-Jim'... Tu lui r'ssembles tell'ment.

Avachi dans son vieux fauteuil, Mike redressa une oreille à l'annonce de ce prénom, qu'il avait entendu autrefrois sans jamais en savoir plus. Fléau n'était pas bavard sur son passé : son propre fils n'en connaissait pas tout les détails, et surtout pas les plus sombres. Ses peines, ses regrets, ses flashbacks... Il les gardait tous pour lui. D'abord, il croyait que c'était pour protéger son unique fils des horreurs qu'il avait pu subir dans son passé. Mais au fil des années, il était devenu évident que c'était pour se protéger lui-même.

-J'aurais voulu... Qu'tu l'connaisses. C'tait un p'tit gars, futé comme toi. Tu lui aurais plu. Murmurait-t'il en ébouriffant la mèche de son garçon, le regard toujours plongé dans le sien.

Piqué par la curiosité, Mike se risqua à poser une question, malgré la distance qui le séparait désormais du père du fils, qui semblaient l'avoir complètement oublié.

-Et... C'est qui, Jim' ?

Fléau braqua son regard glacial sur le woltarien vert, qui tripotait à présent sa balafre comme pour se donner l'air décontracté. Pouvait-il lui faire confiance ? Tout en le jaugeant, Fléau pesa le pour et le contre : certes, il avait un réel problème avec les femmes, avec lesquelles il pouvait se montrer complètement tordu... Mais il ne l'avait jamais trahi, contrairement aux autres. Il était le seul, de toutes ses connaissances de l'Est, à n'avoir jamais tenté quoique ce soit contre lui. A présent qu'ils étaient tout les deux sortis de ce quartier infernal, ils n'avaient plus à se craindre l'un l'autre. Enfin, Fléau pouvait se permettre d'avoir un réel ami, et de lui accorder sa confiance.
Sans un mot, il se leva, disparu dans la couloir, puis revint quelques minutes plus tard avec des morceaux de journaux jaunis entre les mains. Il poussa quelques bouteilles vides sur la table basse, puis les y déposa à plat. Mike se redressa pour mieux voir.
D'un geste, Fléau désigna l'un des articles.
Sur la photo en noir et blanc, un petit garçon maigrelet de la taille d'un enfant de cinq ans, tenait par la main un woltarion qui marchait tout juste.

-Le v'là, tout p'tit. Il avait pas encore un an.

Le titre de l'article fut une révélation pour Mike. "La gangrène Sétienne"... Voilà donc de quoi parlait Fléau depuis tout ce temps...
Profitant de l'état alcoolisé du woltarien, qui semblait accroître considérablement sa tolérance, Mike s'enhardit à l'interroger :

-A côté, c'est toi ?

Fléau hocha la tête.

-Merde... Tu... Tu viens des...

De nouveau, il hocha la tête, puis désigna une autre photo. Sur celle-ci, les deux garçons, plus âgés, triaient des composants dans ce qui semblait être une immense déchetterie. Ils étaient accompagnés d'autres petits de leur âge, qui contrairement à eux étaient seuls. Au 3ème plan, des adolescents transportaient d'énormes sacs sur leurs épaules. Certains sortaient à peine de l'enfance.

-J'pouvais crever d'faim, crever d'fatigue, crever d'soif, j'm'en foutais. J'avais mon Jim'. Mon p'tit frère. Et c'était tout c'qui comptait pour moi.

Il y eut un silence. Fléau sembla se perdre dans ses pensées pour un instant, le regard dans le vague. Puis soudainement, il arracha la bouteille de bière des mains de son fils et lui attrapa fermement l'épaule.

-Si j't'ai jamais parlé d'ça avant, si j't'ai jamais montré, c'est parce que t'étais trop jeune. T'étais trop fragile. Mais j'veux qu'tu comprennes maint'nant, okay ? Pourquoi j'ai fais tout ça, pourquoi j'suis casse-couilles à êt' sur ton dos, à t'protéger comme ça. Regarde-le bien, mon Jim'. C'est pour t'éviter c'qui lui est arrivé, à lui, à d'autres, okay ? J'ai fais d'la merde, mais toi, t'es l'seul truc que j'ai fais bien.

Fléau n'avait jamais parlé autant en si peu de temps. L'exercice sembla éprouvant, et après sa tirade, le woltarien s'écroula sur le canapé, sans pour autant lâcher l'épaule de son fils.
Revenir en haut Aller en bas
 
Fléau- Clyde
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [RP/IG] Bonnie & Clyde
» Clyde Vanilla
» Clyde vanilla ou une nouvelle piste
» Clyde Vanilla... Le mysterieux Joseph
» (famille Whealer-Varnham) BONNIE AND ... CLYDE-GIRL

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Woltar Contrats :: Liste des clans :: Clan d'Onyclique :: Rôle Play-
Sauter vers: